fren

La Barrik’Art dans « Compagnons & Maîtres d’oeuvre – Avril 2016 »

Article Puech-Haut "Compagnons & Maîtres d'Oeuvre"

Cliquez pour agrandir

La revue trimestrielle de la Fédération Compagnonnique, « Compagnons & Maîtres d’oeuvre » a consacré un article à la conception de Barrik’Art, la plus grande barrique du monde.

« Les facettes de nos métiers : les charpentiers et la barrique

Ennemie de la routine, la diversité fait partie du charme de nos métiers; il semble même que la palette se bonifie avec le temps. les raisons de cela ? Elles sont multiples : matériels et matériaux, audace des clients et des architectes, des entreprises… des hommes !

Ajoutons à cela que les chantiers eux-mêmes « bougent », obligeant l’homme de l’art à intervenir dans différentes zones géographiques plus ou moins éloignées, suivant les marchés de l’entreprise, voire hors de nos frontières. Comme illustration de mon propos, voici ce tonneau, réalisé par l’entreprise Mouysset Frères de Millau dans l’Aveyron, pour le compte de monsieur Gérard Bru, fondateur du château « Puech-Haut », un vignoble du Languedoc, situé à Saint-Drézéry (34, près de Montpellier).

Une barrique de dimensions respectables : 12 m de haut, 6 m de large, 12 m de long et une contenance estimée à 300 000 litres… Ce qui ferait d’elle, si elle était destinée à recevoir la récolte du château, la plus grande barrique du monde !
Le record étant détenu, à ma connaissance, par une « consoeur » allemande, la barrique d’Heidelberg qui jauge, elle, « seulement » 221 726 litres.
Mais ce record de contenance n’était pas l’objectif de Gérard Bru, il voulait simplement un lieu d’accueil du public à la fois symbolique et original. Du vin il y en aura, mais en bouteilles, pour une dégustation qui se fera évidemment avec modération.
Voilà donc une belle pièce à réaliser pour nos charpentiers, on sort des sentiers battus et de la traditionnelle conception à base de triangles, dévolue, en général, aux charpentes. Là, on est dans les rondeurs, le lamellé collé s’y prête bien et justement l’entreprise en a fait une de ses spécialisations.

La barrique, baptisée « Barrik’Art », repose sur un berceau en acier, lui-même scellé dans une plateforme en béton. Pour protéger le bois, l’ensemble a été recouvert de plaques métalliques… « rouge vin ». On accède à cet espace « découverte des produits de la propriété » par un escalier en acier qui débouche sur une plateforme métallique, sur laquelle s’ouvre la porte ménagée en bout de barrique…
Nous sommes à environ 1,30 m du sol, à nos pieds se développe le vignoble…
Quelques chiffres : environ 45 mètres cubes de chêne français ont été utilisés, le cerclage métallique de la barrique a nécessité 5 tonnes d’acier… Soit un poids final de l’ensemble qui avoisine… ou dépasse, les 40 tonnes !
Ils ont participé à cette réalisation : Daniel Mouysset, christophe Roussel, Lucien Saissac, Quentin Francon… Ils en garderont sans doute un souvenir d’exception.
Ces rencontres avec des passionnés sont autant de chances pour les hommes de métier d’exprimer leur art dans un monde où le règne du prêt-à-porter prend souvent le pas sur le sur mesure… À tous ces passionnés, merci ! »

©JPC